Améliorer la qualité des viandes de poulets par l'alimentation

Stratégies nutritionnelles de pré-abattage pour améliorer les caractéristiques technologiques de la viande de poulet

Le principal enjeu pour les filières avicoles françaises est aujourd’hui celui de l’amélioration de leur durabilité à travers leur compétitivité notamment. L’objectif du projet était de proposer des systèmes de production du poulet de chair innovants en termes de stratégies alimentaires. Le poulet standard est consommé essentiellement sous forme découpée ou transformée, si bien qu’un enjeu majeur est de proposer une viande adaptée pour ces usages, à un prix compétitif sur le marché mondial. La possibilité de moduler les réserves énergétiques du muscle (glycogène) par l’alimentation a été évaluée. En effet le glycogène détermine en grande partie le pH ultime de la viande et donc la qualité finale des produits. Des stratégies d’intervention très courtes ont été étudiées afin de limiter les effets sur la croissance des animaux ou la composition des carcasses. Cette approche a permis de montrer qu’il était effectivement envisageable d’appliquer une stratégie nutritionnelle de pré-abattage pour modifier le pH ultime et la qualité du filet sans pénaliser les performances des animaux. Sur le plan appliqué, ces premiers résultats ouvrent de nouvelles perspectives d'amélioration voire d'homogénéisation de la qualité de la viande par l’alimentation, avec des possibilités de gains de compétitivité non négligeables.